logo tcc
logo avc     

Gentille Annette de Boëldieu

La musique que vous entendez, jouée depuis 1821 sur les toits de Calais, est l'air de 'Gentille Annette' de Boëldieu, interprété par Michel Hippolyte.

blason calais rappelARMOIRIES DE LA VILLE DE CALAIS De gueules à l’écusson d'azur chargé d’une fleur de lis d’or soutenue d’un croissant d’argent, l’écusson sommé d’une couronne fermée de France d’or, accosté de deux croix de Lorraine d’argent et accompagné en pointe d’un besant d’argent chargé de la croix de Jérusalem d’or. Le blason de Calais fut accordé par le roi Henri II en 1558. La croix de Jérusalem et le croissant évoquent le passage, dans cette ville, des croisés français et anglais. La fleur de lys et la couronne marquent la satisfaction du roi de France de recouvrer Calais après plus de deux siècles d'occupation anglaise. Les croix de Lorraine font référence au libérateur de la ville, le duc de Lorraine, François de Guise. Elles furent confirmées par lettres patentes de Louis XVIII, le 19 avril 1817. Sur les armoiries, figurent de gauche à droite : la croix de guerre 1914-1918 (25 août 1919), la Légion d'honneur (12 juillet 1947) et la croix de guerre 1939-1945 (08 mai 1949).drapeau calais rappel2LE DRAPEAU DE CALAIS Calais est l'une des seules cinq villes de France à être autorisée à avoir son propre drapeau, sur ordonnance royale, avec Dunkerque, Boulogne sur Mer, Le Havre et Saint Malo. Le drapeau calaisien, constitué d’une croix scandinave blanche sur fond bleu d’azur, est celui qui flotta sur l'ancien beffroi, à la tête des milices bourgeoises et aux mats des vaisseaux corsaires de la Ville. Après une longue période d’absence, en 2017 le drapeau de Calais flotte de nouveau sur les toits de la ville, au sommet de la tour du Guet.

La Paroisse Notre-Dame

La Paroisse Notre-Dame

Les baptêmes, mariage et sépultures comportent des renseignements plus précis depuis 1737 grâce à des ordonnances royales impératives. Les baptêmes :On remarquera, de manière générale, que les actes les plus anciens sont toujours des baptêmes. La raison en est que la religion officielle désirait ardemment que les nouveaux nés soient rapidement inclus dans la communauté catholique à une époque où les Protestants se montraient entreprenants dans leur « recrutement ». Les mariages : Ce sont les actes les plus intéressants car ils donnent les noms des parents et les lieux d’origines des époux (au moins depuis 1737). Les sépultures : Les notables et les personnes proches des institutions ecclésiastiques étaient inhumées dans l’église. Les autres dans le cimetière autour du bâtiment. La place manquant un nouveau cimetière fut créé sur le terrain offert par la duchesse de Kingston là où se trouvait la clinique de la Tamise. Bientôt insuffisant un autre fut créé, mais la place nécessaire n’existait pas sur la paroisse de Calais trop à l’étroit dans ses fortifications. Bien plus tard et très curieusement un autre s’ouvrira bien après et suite à un accord rétribué, à St Pierre là où se trouve notre théâtre.

La Paroisse Notre-Dame


Dans l’église maintenant très largement restaurée se trouvent les fonds baptismaux qui ont vu tant de Calaisiens prendre leur premier contact avec la religion catholique. Les actes se trouvent aux Archives Communales dans des registres dont les plus anciens date de 1601 pour les B. Malheureusement les renseignements y sont très succincts et l’écriture est souvent difficile à comprendre. Il y a aussi quelques manques : de 1624 à 1634. La collection des Archives Départementales est moins complète.

La paroisse Notre-Dame La paroisse Notre-Dame
La paroisse Notre-Dame La paroisse Notre-Dame
La paroisse Notre-Dame La paroisse Notre-Dame
La paroisse Notre-Dame La paroisse Notre-Dame
La Paroisse Saint-Pierre les Calais

La Paroisse Saint-Pierre les Calais

La commune de St-Pierre a été réunie à celle de Calais en 1885, les archives de la paroisse de St-Pierre se trouvent donc aux Archives Communales de Calais. Les baptêmes, mariages et sépultures des Archives Communales vont de 1645 à 1792. Aux Archives Départementales, il existe quelques actes antérieurs dont les plus anciens sont des baptêmes de 1608. La paroisse de St-Pierre comptait près de 20 00 habitants à la veille de la Révolution donc bien moins que Calais. L’église de St-Pierre se trouvait à l’emplacement de l’hôpital récemment démoli (lui-même ayant remplacé un hôpital plus ancien qui avait précédé un bâtiment à usage de mairie). Lors des travaux récents de nombreuses sépultures ont encore été mise à jour malgré les excavations répétées des derniers siècles.

La Paroisse Saint-Pierre les Calais


La commune de St-Pierre a été réunie à celle de Calais en 1885, les archives de la paroisse de St-Pierre se trouvent donc aux Archives Communales de Calais. Les baptêmes, mariages et sépultures des Archives Communales vont de 1645 à 1792. Aux Archives Départementales, il existe quelques actes antérieurs dont les plus anciens sont des baptêmes de 1608. La paroisse de St-Pierre comptait près de 20 00 habitants à la veille de la Révolution donc bien moins que Calais.

La Paroisse Saint-Pierre les Calais La Paroisse Saint-Pierre les Calais
La Paroisse Saint-Pierre les Calais La Paroisse Saint-Pierre les Calais
La Paroisse Saint-Pierre les Calais La Paroisse Saint-Pierre les Calais
La Paroisse Saint-Pierre les Calais La Paroisse Saint-Pierre les Calais
Les Protestants

Les Protestants

Calais comportait bon nombre de protestants ; leurs professions faisaient qu’ils étaient d’un niveau financier et culturel en moyenne supérieur à celui des catholiques. Notre ville située sur la côte et enclose de fortifications ne pouvait, selon les lois édictées lors de l’Edit de Nantes, renfermer un temple. Les Religionnaires devaient se rendre à Guînes pour célébrer leur culte. Ils se rassemblaient à côté de l’actuel pont Mollien là se trouvait leur cimetière. Ils partaient ensuite en bateau jusque Guînes où ils retrouvaient les protestants de Guînes et des environs pour leurs cérémonies. Lors de la Révocation de l’Edit de Nantes (octobre 1685) par Louis XIV ils avaient déjà subis des mesures d’abord vexatoires puis coercitives qui en avaient amené quelques uns à renier leur foi, pas toujours sincèrement. Ceci leur valait, entre autre, l’appellation de Nouveaux Convertis. Le clergé et l’administration royale les surveillaient de manière tatillonne. Cependant la plupart préférèrent émigrer en Angleterre ou aux Pays-Bas. Leurs registres des baptêmes, mariages et sépultures de 1668 à 1685 furent emportés en Angleterre et ont fait l’objet d’une transcription fidèle dont nous possédons une reproduction. Pour le généalogiste, il est absolument indispensable de consulter ce document qui lui apportera de façon quasi certaine des renseignements concernant certains de ses ancêtres.

Les Protestants


Calais comportait bon nombre de protestants ; leurs professions faisaient qu’ils étaient d’un niveau financier et culturel en moyenne supérieur à celui des catholiques. Notre ville située sur la côte et enclose de fortifications ne pouvait, selon les lois édictées lors de l’Edit de Nantes, renfermer un temple. Les Religionnaires devaient se rendre à Guînes pour célébrer leur culte. Ils se rassemblaient à côté de l’actuel pont Mollien là se trouvait leur cimetière. Ils partaient ensuite en bateau jusque Guînes où ils retrouvaient les protestants de Guînes et des environs pour leurs cérémonies.

Les Protestants Les Protestants
Les Protestants Les Protestants
Les Protestants Les Protestants
Les Protestants Les Protestants
La Chapelle Saint-Louis

La Chapelle Saint-Louis

Les Archives Communales possèdent les actes de 1681 à 1791. Les Archives Départementales sont moins complètes : 1737 à 1791. L’église s’y trouve toujours, mais à l’état de ruine, dans le vieux fort. Les actes les plus nombreux sont des mariages de militaires venant de l’extérieur avec des jeunes filles des paroisses voisines. On y trouve donc parfois des ancêtres originaires d’autres régions d’où nécessité impérative de consulter ces registres pour les généalogistes. Les baptêmes ne sont pas courants mais les sépultures fréquentes, le cimetière se trouvait autour de l’église.

La Chapelle Saint-Louis


Les Archives Communales possèdent les actes de 1681 à 1791. Les Archives Départementales sont moins complètes : 1737 à 1791. L’église s’y trouve toujours, mais à l’état de ruine, dans le vieux fort. Les actes les plus nombreux sont des mariages de militaires venant de l’extérieur avec des jeunes filles des paroisses voisines. On y trouve donc parfois des ancêtres originaires d’autres régions d’où nécessité impérative de consulter ces registres pour les généalogistes. Les baptêmes ne sont pas courants mais les sépultures fréquentes, le cimetière se trouvait autour de l’église.

La Chapelle Saint-Louis La Chapelle Saint-Louis
La Chapelle Saint-Louis La Chapelle Saint-Louis
La Chapelle Saint-Louis La Chapelle Saint-Louis
La Chapelle Saint-Louis La Chapelle Saint-Louis
Saint-Nicolas - Citadelle Calais

Saint-Nicolas - Citadelle Calais

Avant la construction de la Citadelle une paroisse importante se trouvait en cet endroit. Son église disparut matériellement mais des actes furent encore enregistrés. Les plus anciens sont des baptêmes, ils datent de 1598. Quelques manques interrompent la série des baptêmes, mariages et sépultures. qui deviennent complètes de 1675 à 1792. Les paroissiens étaient bien moins nombreux qu’à Notre-Dame, les actes sont donc plus faibles en proportion. La collection des Archives Départementales va de 1737 à 1792 elle est donc moins importante.

Saint-Nicolas - Citadelle Calais


Avant la construction de la Citadelle une paroisse importante se trouvait en cet endroit. Son église disparut matériellement mais des actes furent encore enregistrés. Les plus anciens sont des baptêmes, ils datent de 1598. Quelques manques interrompent la série des baptêmes, mariages et sépultures. qui deviennent complètes de 1675 à 1792. Les paroissiens étaient bien moins nombreux qu’à Notre-Dame, les actes sont donc plus faibles en proportion. La collection des Archives Départementales va de 1737 à 1792 elle est donc moins importante.

Saint-Nicolas - Citadelle Calais Saint-Nicolas - Citadelle Calais
Saint-Nicolas - Citadelle Calais Saint-Nicolas - Citadelle Calais
Saint-Nicolas - Citadelle Calais Saint-Nicolas - Citadelle Calais
Saint-Nicolas - Citadelle Calais Saint-Nicolas - Citadelle Calais
L'hôpital des pauvres

L'hôpital des pauvres

Les registres (Archives Communales 1737-1778 et Archives Départementales 1737-1792) comportent les admissions et les sépultures. Pour des raisons de place l’Hôpital des Pauvres se trouvait sur le territoire de la paroisse de St Pierre probablement dès l’origine à l’angle de la rue Aristide Briand et du Boulevard Jacquard dans des bâtiments qui abritèrent longtemps l’hospice. Ils ont été réhabilités en appartements de haut niveau. À l’Hôpital des Pauvres on hébergeait des pauvres, des vieillards, des handicapés mais essentiellement des enfants abandonnés. Très fréquemment les enfants qu’on abandonnait étaient déposés à la porte de l’établissement ou au « tour ». Le tour était un genre de boîte pivotante dans laquelle on plaçait l’enfant, une cloche ou un heurtoir signalait sa présence. Les abandons étaient fréquents dans notre région qui comptait de nombreux militaires et où la pauvreté frappait les couches les plus humbles d’une population aux mœurs faciles. La chambre des pauvres s’efforçait de placer certains enfants dans des familles mais les conditions de vie et les soins sommaires amenaient une mortalité importante. Nombre de ces petits décédaient rapidement. Ils étaient inhumés là où se trouvent les jardins des immeubles actuels.

L'hôpital des pauvres


Les registres (Archives Communales 1737-1778 et Archives Départementales 1737-1792) comportent les admissions et les sépultures. Pour des raisons de place l’Hôpital des Pauvres se trouvait sur le territoire de la paroisse de St Pierre probablement dès l’origine à l’angle de la rue Aristide Briand et du Boulevard Jacquard dans des bâtiments qui abritèrent longtemps l’hospice. Ils ont été réhabilités en appartements de haut niveau. À l’Hôpital des Pauvres on hébergeait des pauvres, des vieillards, des handicapés mais essentiellement des enfants abandonnés.

L'hôpital des pauvres L'hôpital des pauvres
L'hôpital des pauvres L'hôpital des pauvres
L'hôpital des pauvres L'hôpital des pauvres
L'hôpital des pauvres L'hôpital des pauvres
L'hôpital militaire

L'hôpital militaire

Dans les registres des Archives Communales 1737-1788 et Archives Départementales 1673-1788 on ne trouve que des décès de militaires rarement locaux. Ils sont plus nombreux lors des périodes qui amènent des hostilités dans les régions proches. Pour certaines localités il existe des registres concernant les ordres religieux, on ne trouve rien de tel pour Calais.

L'hôpital militaire


Dans les registres des Archives Communales 1737-1788 et Archives Départementales 1673-1788 on ne trouve que des décès de militaires rarement locaux. Ils sont plus nombreux lors des périodes qui amènent des hostilités dans les régions proches. Pour certaines localités il existe des registres concernant les ordres religieux, on ne trouve rien de tel pour Calais.

L'hôpital militaire L'hôpital militaire
L'hôpital militaire L'hôpital militaire
L'hôpital militaires L'hôpital militaires
L'hôpital militaire L'hôpital militaire
Le Fort Risban

Le Fort Risban

Les actes couvrent aux Archives Départementales une période allant de 1747 à 1787. Rien aux Archives Communales. C’est là une paroisse uniquement militaire mais le chercheur a parfois la surprise, peu fréquente, d’y découvrir des éléments qui le concernent.

Le Fort Risban


Les actes couvrent aux Archives Départementales une période allant de 1747 à 1787. Rien aux Archives Communales. C’est là une paroisse uniquement militaire mais le chercheur a parfois la surprise, peu fréquente, d’y découvrir des éléments qui le concernent.

Le Fort Risban Le Fort Risban
Le Fort Risban Le Fort Risban
Le Fort Risban Le Fort Risban
Le Fort Risban Le Fort Risban
Mairie de Calais - Place d'Armes

Mairie de Calais - Place d'Armes

Les naissances, mariages et décès ont remplacé les baptêmes, mariages et sépultures. Les divorces font parfois l’objet de rédactions spéciales. Certains registres sont mêmes imprimés et il n’y a plus qu’à compléter les espaces vierges par les renseignements demandés. Lors des changements de régime qui vont du royaume à notre République les qualifications varient : l’Empire, la 1ère Restauration, les Cents Jours, la seconde Restauration… À chaque fois que le gouvernement change les entêtes des registres et des actes se transforment. Nous connaîtront même « l’Etat Français » dont les principes rigoristes se retrouvent dans l’État Civil. Lors du regroupement avec St Pierre-les-Calais (29/01/1885) elles se feront dans la mairie place Crèvecœur (qui date de 1861).

Mairie de Calais - Place d'Armes


En 1792 la rédaction des actes est reprise au clergé ; désormais ce sont les mairies qui s’en chargeront. Les différentes paroisses concernant la ville de Calais sont regroupées en un seul lieu : la mairie. Celle-ci se trouve place d’Armes. Les premiers registres sont d’une rédaction assez complexe qui prouve qu’une recherche attentive a présidé à leur tenue. Toutefois les indications portées sont d’une précision qu’on s’efforce de rendre la meilleure et plus complète possible.

Mairie de Calais - Place d'Armes Mairie de Calais - Place d'Armes
Mairie de Calais - Place d'Armes Mairie de Calais - Place d'Armes
Mairie de Calais - Place d'Armes Mairie de Calais - Place d'Armes
Mairie de Calais - Place d'Armes Mairie de Calais - Place d'Armes
Mairie de Saint-Pierre-Les-Calais

Mairie de Saint-Pierre-Les-Calais

Comme partout les registres sont tenus par la commune en remplacement du curé. Les actes sont rédigés de la même manière que dans toute la France. Ils se feront dans la mairie place Crèvecœur (qui date de 1861). Les lieux où ils seront déclarés varieront au fur et à mesure du développement de la commune et de la nécessité d’avoir une mairie de plus en plus grande. Lors de la réunion de St Pierre avec Calais (29/01/1885) la mairie commune sera celle de St-Pierre.

Mairie de Saint-Pierre-Les-Calais


Comme partout les registres sont tenus par la commune en remplacement du curé. Les actes sont rédigés de la même manière que dans toute la France. Ils se feront dans la mairie place Crèvecœur (qui date de 1861). Les lieux où ils seront déclarés varieront au fur et à mesure du développement de la commune et de la nécessité d’avoir une mairie de plus en plus grande. Lors de la réunion de St Pierre avec Calais (29/01/1885) la mairie commune sera celle de St-Pierre.

Mairie de Saint-Pierre-Les-Calais Mairie de Saint-Pierre-Les-Calais
Mairie de Saint-Pierre-Les-Calais Mairie de Saint-Pierre-Les-Calais
Mairie de Saint-Pierre-Les-Calais Mairie de Saint-Pierre-Les-Calais
Mairie de Saint-Pierre-Les-Calais Mairie de Saint-Pierre-Les-Calais
Calais - Place du Soldat Inconnu

Calais - Place du Soldat Inconnu

Le lieu de déclaration changera. Nous observerons qu’avec la fréquentation de plus en plus grande des maternités la plupart des naissances sont recensées dans la commune de la maternité. De même bien des décès ont lieu non plus au domicile mais à l’hospice, en maison de retraite, auprès d’une famille d’accueil... ce qui délocalise des actes par rapport à ce qu’on connaissait autrefois. Cela provoque des recherches facilitées par les « mentions marginales », lorsqu’elles sont portées. Bien plus récemment nous verrons apparaître des actes nouveaux tels les mariages entre personnes du même sexe

Calais - Place du Soldat Inconnu


C’est à la nouvelle mairie inaugurée officiellement le 01 avril 1925. Commencée avant 1914 la guerre amène des retards dans les travaux, elle sera inaugurée le 01/04/01925 mais ce n’est que des années plus tard que tous les services y seront installés et que les déclarants s’y rendent. Il en est toujours ainsi au bureau de l’Etat Civil à droite en entrant par le grand portail. Les actes de naissances, mariages et décès figurent tous jusqu’à nos jours. Des tables décennales sont rédigées régulièrement, elles permettent une localisation rapide de l’acte désiré.

Calais - Place du Soldat Inconnu Calais - Place du Soldat Inconnu
Calais - Place du Soldat Inconnu Calais - Place du Soldat Inconnu
Calais - Place du Soldat Inconnu Calais - Place du Soldat Inconnu
Calais - Place du Soldat Inconnu Calais - Place du Soldat Inconnu
Le Fort Nieulay
Image not available

Activités de la commission


Les activités habituelles de notre commission se sont encore accrues en 2015 et ceci grâce à la participation de volontaires encore plus nombreux. Nos réunions de travail se tiennent de manière régulière (sauf les jours fériés).

Commission Généalogie

Pas de Calais - France


Les activités habituelles de notre commission se sont encore accrues en 2015 et ceci grâce à la participation de volontaires encore plus nombreux. Nos réunions de travail se tiennent de manière régulière (sauf les jours fériés). Les mardis et jeudis de 13h30 à 17h les samedis de 14h à 17h.
En fait ces horaires sont largement élargis et d’autres créneaux sont fréquemment ouverts aux personnes venant de l’extérieur.

ACTIVITE 2018

 ico maj  GALERIE DE PHOTOS - ACTIVITE 2018 

Généalogie - Galerie de photos de l'activité 2018
  • Visualisez les différentes réunions
  • L'activité de nos animateurs
  • L'exposition des travaux de nos membres
Généalogie - Galerie de photos - La Galette de l'Ephiphanie - 19/01/2018

LES AMIS DU VIEUX CALAIS
Boîte Postale 27 - 62101 CALAIS Cedex
Phone : +33 (0)321 362 967  aux heures de permanence
 © LES AMIS DU VIEUX CALAIS - FR 2018
Tous droits réservés
top