Imprimer
Affichages : 799

Commission Colloques - En avant première ...
Colloques - 2020-10-03 - Le samedi 03 octobre 2020
  • COLLOQUE HISTORIQUE DU CALAISIS
  • LE CAMP DU DRAP D'OR
  • Le samedi 03 octobre 2020 au Musée des Beaux-Arts
LE CAMP DU DRAP D'OR

En 1520, François 1er et Henry VIII se rencontraient pour une entrevue demeurée fameuse entre toutes pour son étalage de luxe : le Camp du Drap d’Or. Ce furent trois semaines de démonstration d’amitié, de fêtes, banquets, joutes, musique, bals.

Rois et reines rivalisèrent de courtoisie et la fine fleur des deux royaumes, accourue par centaines de chaque côté, de galanterie et de combats chevaleresques.

La rencontre est due avant tout aux efforts du cardinal Wolsey, principal ministre de Henry VIII, pour maintenir la paix entre les deux royaumes et à son souci de placer le souverain anglais au centre du jeu diplomatique.

L’idée en avait été arrêtée lors de l’ambassade française à Londres du printemps 1518, mais on n’avait décidé alors ni où ni quand.

L’année suivante semblait propice, mais la mort de l’Empereur en janvier et la rivalité entre Charles Quint et François 1er pour lui succéder différèrent la rencontre. Ce n’est pas avant mars 1520 que l’on s’entendit sur le lieu, le Val doré, proche de la frontière mais en terre anglaise, et sur la date : au début de juin.

Pendant deux mois, on s’affaira constamment des deux côtés pour être prêt à temps. Les Français camperaient à Ardres et ses environs, les Anglais à Guînes et Calais. Il fallut amener sur place en urgence tout ce qui concernait le logement, l’alimentation, la distraction et la sécurité de milliers de personnes. Les dépenses furent considérables. Des centaines de tentes luxueuses furent dressées, mais elles furent éclipsées par le palais provisoire que Henry VIII avait choisi de faire construire hors les murs de Guînes pour son usage personnel, qui provoqua une admiration unanime.

Précaution salutaire, pour ne pas gâcher la fête, les discussions politiques ont été conclues avant même la première rencontre entre les deux rois, le 7 juin. Wolsey et Guillaume Gouffier, sieur de Bonnivet, reprirent, dans ses grandes lignes, le traité signé à Londres deux ans auparavant. Et que la fête commence ! Elle durera jusqu’au dimanche 24.

Depuis longtemps, l’historiographie française a présenté cette rencontre comme un grand succès, en insistant sur le luxe déployé, sans doute pour masquer le fait que le véritable vainqueur de cette entrevue ne fut pas François 1er. Charles Quint s’était précipité d’Espagne pour rencontrer Henry VIII à Canterbury juste avant qu’il embarque pour Calais, et il attendit près de la frontière pour venir à Calais retrouver le roi d’Angleterre après le départ de François 1er. C’est lui qui tirait les ficelles en coulisses. En définitive, ses arguments seront mieux reçus à Londres que ceux du roi de France. Sous peu, la guerre éclatera entre François 1er et Charles Quint, et les Anglais s’aligneront sur l’Empereur.

Les Amis du vieux Calais ne pouvaient laisser passer le cinq centième anniversaire de l’entrevue du Camp du Drap d’Or sans lui consacrer un colloque.

Il se tiendra le 4 avril à la cité de la Dentelle et de la Mode.

Bien qu’il ne fût pas présent physiquement, nous avons tenu à présenter Charles Quint, et nous avons demandé à un conférencier de présenter l’entrevue du point de vue anglais, ce qui nous fournira un éclairage différent de l’habitude.

Nous avons tenu aussi à associer nos voisins et amis de Guînes et Ardres à cette manifestation. Ainsi, roi de France ou d’Angleterre, Empereur, Ardrésien, Guînois ou Calaisien…chacun défendra son point de vue.

Nous espérons vous y voir nombreux.

NOS PARTENAIRES...
ENTREE LIBRE ...

top