logo tcc
logo avc     
blason calais rappel
Image not available

L'Hôtel de Ville

Cet élégant bâtiment est aujourd’hui emblématique de la ville de Calais. Il est pourtant récent, la première pierre ayant été posée juste avant la première Guerre mondiale et l’inauguration faite en 1925. Son emplacement est symbolique, à égale distance des anciens hôtels de ville de Calais et de Saint-Pierre, et il constitue le trait d’union entre les deux anciennes cités voisines qui venaient de fusionner. L’architecte Debrouwer, qui fera ensuite l’hôtel de ville du Touquet, l’a conçu en style Renaissance flamande. Il présente une décoration soignée, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Le beffroi est classé. C’est ici que le capitaine de Gaulle a épousé la Calaisienne Yvonne Vendroux. Dressé sur une place dégagée qui le rend bien visible sous tous les angles, donnant sur un ensemble de jardins fleuris et sur le parc St-Pierre, précédé de la statue des Six Bourgeois de Rodin, il est l’un des monuments les plus photographiés de Calais.
Agrandir l'image

Les Amis du Vieux Calais

Pas de Calais - France

Calais trouve son origine dans le comblement du golfe de l’Aa et la configuration actuelle du littoral après l’an 1000. La mer s'éloignant de plus en plus des anciens ports – Bourbourg, Bergues, Furnes –il fallut en ouvrir de nouveaux au XIIème Siècle. Dans l’Histoire de Calais, on distingue trois périodes : avant et après les Anglais, et la période anglaise (1347-1558). Les hasards de l’Histoire firent que Calais était aux rois d’Angleterre quand Boulogne et Ardres étaient aux rois de France, et Saint-Omer et Dunkerque aux comtes de Flandre et ducs de Bourgogne. Si Calais a, depuis l’origine, constitué une voie d’échanges privilégiée avec l’Angleterre et reste, depuis les années 1850, le premier port de voyageurs de France, sa fortune industrielle résulte de l’installation de tullistes anglais juste après Waterloo qui lui permirent de devenir, pour un siècle, le premier centre dentellier du monde. Il reste de ces époques divers témoignages, dont les plus emblématiques sont évoqués ci-contre.

Le Fort Nieulay

Quand les Anglais s’emparèrent de Calais, en 1347, seule la ville était entourée de murailles. Pour en renforcer les défenses, Édouard III fit bientôt construire deux ouvrages fortifiés, en avant de la cité : le fort Risban, pour contrôler toute entrée et sortie du port ; et le fort Nieulay, situé au milieu des marécages, sur la seule voie de communication entre Calais et Boulogne. Agrandi au cours des siècles, il présentait la particularité d’être le seul fort-écluse de France. En cas d’arrivée de l’ennemi, il aurait été possible d’inonder l’arrière-pays avec l’eau de mer à marée haute. Sa position et son intérêt stratégiques sautent aux yeux, mais son efficacité ne fut pas à la hauteur des espérances et des ... dépenses : attaqué quatre fois dans son Histoire (1558, 1596, 1940 et 1944), il fut pris les quatre fois en quelques heures seulement.

Le Théâtre de calais

Le Théâtre de calais

Avant la Révolution fut inauguré un théâtre dans une dépendance de l’hôtel Dessin, rue Leveux (alors rue de la Comédie). Cent ans plus tard, il était devenu trop petit et ne correspondait plus du tout aux normes. Une fois les deux villes de Calais et de St-Pierre fusionnées, il fut décidé d’en construire un nouveau sur l’emplacement d’un ancien cimetière, à la croisée des principaux axes de circulation de St-Pierre, familièrement appelé le coin des quatre boulevards. Théâtre « à l’italienne », de façade en style Louis XIV, il est inauguré en 1905 et est réputé pour son excellente acoustique. Il accueillait 1 400 spectateurs mais leur nombre fut réduit, pour raisons de sécurité, à 800 au début de ce siècle. Il a été l’un des hauts lieux de l’activité culturelle calaisienne pendant plus de cent ans, et le reste aujourd’hui.

Le Théâtre de Calais

Pas de Calais - France

Avant la Révolution fut inauguré un théâtre dans une dépendance de l’hôtel Dessin, rue Leveux (alors rue de la Comédie). Cent ans plus tard, il était devenu trop petit et ne correspondait plus du tout aux normes. Une fois les deux villes de Calais et de St-Pierre fusionnées, il fut décidé d’en construire un nouveau sur l’emplacement d’un ancien cimetière, à la croisée des principaux axes de circulation de St-Pierre, familièrement appelé le coin des quatre boulevards.

Le Théatre - Début du Siècle Le Théatre - Début du Siècle
Le Théatre de Calais Le Théatre de Calais
Le Théatre - Début du Siècle Le Théatre - Début du Siècle
Image not available Image not available
Le Fort Nieulay

et sa reconstruction

Avec la tour du Guet, l’église Notre-Dame constitue le seul vestige du passé médiéval de Calais. Sa construction s’est étalée sur plusieurs siècles. Commencée sous Philippe Auguste, largement remaniée et agrandie par les Anglais, elle est achevée sous Louis XIII, ce qui lui donne un style composite, aux influences diverses, d’autant plus que maçons et artistes flamands ont apporté leur touche à l’ouvrage. La ville comptait une autre paroisse, à l’ouest (St-Nicolas), mais son église fut détruite pour permettre la construction de la citadelle et Notre-Dame est restée depuis la seule église paroissiale en activité de Calais (Nord). Bien des têtes couronnées sont venues ici, et c’est là que le capitaine de Gaulle s’est marié. Gravement endommagée en 1944, elle aurait pu disparaître et sa restauration a pris des décennies.

Image not available

Le Bombardement de Calais

3 septembre 1939 : déclaration de guerre à l’Allemagne. Calais face à l’Angleterre peut s’attendre, comme en 14-18, à de vigoureuses offensives ennemies dans le but de paralyser le port en l’atteignant directement mais en détruisant aussi les moyens de communications : voies ferrées, canaux, routes qui le desservent. Les hostilités aériennes ne débutent pour nous que dans la nuit du 9 au 10 mai 1940. Elles se traduiront par des bombardements de plus en plus fréquents avec un maximum en fin de guerre. Nos concitoyens voient leurs maisons détruites, leur quotidien bouleversé. On vit à la cave, on déménage, on évacue forcé ou contraint ; les familles sont décimées, dispersées. A la Libération (1er octobre 1944) le bilan humain des bombardements est très lourd. (Il s’aggravera encore le 24 février 1945 suite à un bombardement par erreur avec une centaine de victimes). Plus de 500 Calaisiens ont péri durant les hostilités mais nous devons y joindre les combattants français et alliés en début de guerre, les réfugiés, les travailleurs forcés… dont le nombre ne pourra jamais être donné avec précision. A cette tragique incertitude numérique doit-on ajouter les ennemies victimes de leurs propres bombes ou de celles de nos Alliés ? Quant au bilan matériel, il est catastrophique : sur 18000 maisons 800 sont intactes, la partie nord de la ville est ravagée, les monuments sont disparus ou fortement endommagés. Notre-Dame en ruines émerge mutilée des décombres. Les usines sont pour la plupart détruites, les voies communications inutilisables, le port fortement atteint a été de plus saboté et pillé par l’ennemi… Calais est libre mais à quel prix !

Calais bombardé

Tour du guet - Eglise Notre-Dame - Habitat

3 septembre 1939 : déclaration de guerre à l’Allemagne. Calais face à l’Angleterre peut s’attendre, comme en 14-18, à de vigoureuses offensives ennemies dans le but de paralyser le port en l’atteignant directement mais en détruisant aussi les moyens de communications : voies ferrées, canaux, routes qui le desservent. Les hostilités aériennes ne débutent pour nous que dans la nuit du 9 au 10 mai 1940.

Les 'Plantagenêt'

Les 'Plantagenêt'

Si Édouard III d’Angleterre avait conquis Calais militairement, la possession de la ville et de son arrière-pays lui fut officiellement confirmée par les accords de 1360. La région avait été vidée de ses habitants et fut dès lors peuplée d’Anglais. On ne peut donc pas à proprement parler d’ « occupation ». Calais était bien « anglaise », comme Gibraltar l’est encore de nos jours. De même que les Français, avant et après eux, les Calaisiens anglais aimaient leur ville, y travaillaient et se battaient pour elle… Calais fut à cette époque un lieu de rencontres au sommet. Henry VIII y accueillit François 1er et Charles Quint. L’enclave, dénommée Pale, resta toutefois exposée aux convoitises et à l’esprit de revanche des Français, et les rois d’Angleterre furent contraints d’y entretenir une garnison permanente, la seule du royaume, qui leur coûtait les yeux de la tête, et qu’ils financèrent en partie avec les taxes sur le commerce des laines, dont ils avaient réservé l’exclusivité à Calais. Cette situation perdura plus de deux siècles, la ville n’étant reconquise par les Français que longtemps après la fin de la Guerre de Cent ans.

Les 'Plantagenêt'

Blasons et Armoiries de la Famille

Si Édouard III d’Angleterre avait conquis Calais militairement, la possession de la ville et de son arrière-pays lui fut officiellement confirmée par les accords de 1360. La région avait été vidée de ses habitants et fut dès lors peuplée d’Anglais. On ne peut donc pas à proprement parler d’ « occupation ». Calais était bien « anglaise », comme Gibraltar l’est encore de nos jours. De même que les Français, avant et après eux, les Calaisiens anglais aimaient leur ville, y travaillaient et se battaient pour elle … Calais fut à cette époque un lieu de rencontres au sommet. Henry VIII y accueillit François 1er et Charles Quint.

Les Bourgeois de Calais

Les Bourgeois de Calais

Histoire et Auguste Rodin

À la fin du XIXème siècle, la municipalité de Calais, désireuse d’honorer la mémoire des plus célèbres de ses fils, passa commande à Auguste Rodin, alors au sommet de sa réputation. Le caractère difficile de l’artiste et les réticences locales – piédestal ou pas ? – firent que dix ans s’écoulèrent avant que cette statue complexe soit dévoilée au public, devant le parc Richelieu. Elle trouva son emplacement définitif après la Seconde Guerre mondiale. Il en existe onze autres versions de par le monde, dont une à Westminster. Accueillie avec fraîcheur par les Calaisiens, qui attendaient des héros et découvraient des vaincus, l’œuvre est aujourd’hui célèbre dans le monde entier et est le monument le plus photographié de la ville

AG 2016

 ico ag doc ASSEMBLEE GENERALE 2016 - Rapport Moral pour l'année 2016

RAPPORT MORAL pour l’année 2016

Bonsoir et bienvenue à notre assemblée générale, je n’ai pas eu le plaisir de tous vous saluer. Je dois excuser l’absence exceptionnelle de Claude LEDOUX actuellement souffrant, et de Stéphane CURVEILLER qui n’a pas pu se libérer pour être présent. 

En temps que secrétaire, je vais présenter le rapport moral pour l’année écoulée, en commençant par le bilan des adhésions qui concerne une grande partie de l’auditoire de ce soir.

Les adhérents

En fin d’année 2016 nous avions 276 adhérents à jour de cotisation. Si avec les mêmes critères, nous comparons par rapport à la fin d’année 2015, nous constatons une réduction du nombre d’adhérents du même niveau: c’était moins 20 entre 2014 et 2015, c’est moins 21 entre 2015 et 2016. Il y a cependant eu cette année 37 adhésions nouvelles (dont 3 familiales et 3 adhésions web).

Compte tenu que les adhésions étaient individuelles ou familiales, nous obtenons un total de 230 cotisants dont 46 pour une adhésion couple ou. Notre association comporte aussi sept membres d’honneur ou bienfaiteurs par définition exemptés de cotisation, mais dont deux Gérard BEAUVILLAIN et Stéphane CURVEILLER ont cependant cotisé au tarif adhésion couple.

En ce qui concerne la répartition en type d’adhésions, nous voyons que parmi les 230 cotisants, 170, près des 3⁄4 d’entre eux ont choisi l’adhésion avec option généalogie.

Pour avoir une idée de la répartition géographique de nos adhérents, ces graphiques montrent que 83 adhérents habitent Calais, 99 sont résidents dans d’autres communes du Calaisis ou du Pas-de-Calais, 86 demeurent dans un autre département français. Nous

avons aussi 8 adhérents vivant à l’étranger (1 en Angleterre, 4 en Belgique, 1 au Canada, 1 au Maroc, et 1 en Suisse).

Voici l’évolution du nombre des adhérents au cours des 3 dernières années : 

  • 317 en 2014, 297 en 2015, 276 en 2016 ces nombres sont en constante diminution.
  • pour ceux qui ont choisi l’option généalogie, 226 en 2014, 219 en 2015 et 202 en 2016.
  • pour les adhésions sans l’option généalogie, nous obtenons les chiffres de 91 en 2014, 78 en 2015 et 74 en 2016.

Nous constatons en 2016 une baisse moindre pour les adhésions sans option généalogie. Cela varie d’une année sur l’autre. Néanmoins, la baisse du nombre total d’adhérents reste fortement d’actualité. Ce phénomène affecte aussi d’autres sociétés historiques ou généalogiques. De notre côté nous espérons l’enrayer notamment avec l’accès privilégié adhérent du nouveau site internet qui propose aux adhérents seulement d’autres informations et les possibilités de recherches généalogiques. Nous pensons également que l’amélioration de la qualité du bulletin historique peut mieux fidéliser d’autres adhérents. Donnons-nous rendez-vous dans un an pour apprécier si nos choix produisent l’effet escompté.

Les publications

En 2016, nous avons publié, les 2 bulletins historiques : le n°201 en juin composé d’articles de présidents ou personnalités des amis du vieux Calais, et le n°202 en décembre. La taille de ces bulletins a été multipliée par 2, c’est une première amélioration incontestable pour la lisibilité du texte et surtout celle des illustrations.

Nous avons également diffusé les quatre bulletins de « Généalogie pratique dans l’ouest du Pas-de-Calais », les n°187 à 190 toujours mis en bonne forme par Madame GARDY.

Un premier bulletin hors-série de généalogie a été proposé cette année. Il regroupait tous les articles déjà publiés par Michel GUERBADOT complété par un index des 1100 patronymes cités. C’est un recueil qui a obtenu un bon accueil notamment auprès des non généalogistes de l’association, et nous en avons fait faire un autre tirage.

Les contacts

Comme chaque année, c’est en 2016 près de 1500 courriers qui ont été faits pour les envois de bulletins, les courriers aux adhérents, les réponses aux demandes formulées à notre association et les démarches administratives. Un grand merci aux quelques adhérents qui aident à la diffusion en glissant nos bulletins dans vos boîtes à lettres. C’est une économie de frais postaux non négligeable.

Nous avons enregistré dans notre fichier adhérent, près de 200 adresses pour la messagerie électronique, très utiles pour diffuser rapidement nos informations sans frais. Je lance un nouvel appel vers ceux qui n’ont pas communiqué d’adresse de messagerie électronique, faîtes-le si possible, pour mieux profiter des informations sur la vie de notre société que l’on ne peut pas toujours afficher sur le site internet.

Les conférences

Nous avions prévu d’organiser 6 conférences en 2016 dans l’auditorium du Musée des Beaux Arts, la sixième a été déplacée dans celui de la Cité de la Dentelle et de la Mode :

  • Rappelons d’abord lors de la précédente assemblée générale, la communication hors-compte par Didier BATTEL historien de la Société historique de Coulogne qui a évoqué le Camps Vendroux situé à Coulogne durant la Grande Guerre et utilisé comme base arrière de ravitaillement de l’armée britannique.
  • Puis, le 25 mars, madame Ida GRINSPAN âgée de 86 ans et rescapée des camps d’Auschwitz est venue remplir cet auditorium d’un public plutôt jeune, pour un témoignage criant de vérité en évoquant les souvenirs de sa jeunesse fortement perturbée par l’Allemagne nazie.
  • Le 22 avril, Éric VANNEUFVILLE médiéviste et spécialiste du littoral de la Mer du Nord, est venu résenter « Le littoral de Quentovic à Furnes à l'époque de Charlemagne », et nous enrichir de son analyse de l’étymologie des noms de Flandre.
  • Ensuite, le 20 mai, cette fois un duo de jeunes conférenciers : Line PASTOR et Tristan MORICEAU tous deux archéologues employés à Cap Calaisis nous ont présenté d’intéressantes découvertes résultant de leur travaux très méticuleux « Les fouilles de la ZAC de la Turquerie: occupations anciennes aux abords du cordon dunaire de Marck-en-Calaisis ».
  • Puis, après la trêve estivale, ce fut le ténor de nos conférenciers, Stéphane CURVEILLER qui nous proposa coup sur coup un duo de conférences très vivantes sur le thème « Les Flamands et la mer ». Tout d’abord le 21 octobre en traitant « de la maîtrise maritime du XIIème au XVIème siècle ». Sujet complété le 18 novembre par le rappel « des batailles navales de la même période » à l’appui de belles sources illustrées : des tableaux de grands peintres.
  • Enfin pour clore le chapitre des conférences prévues, la dernière eut lieu le 16 décembre avec un remarquable conférencier Alain JOBLIN, professeur émérite d’histoire et spécialisé dans l’histoire des religions. Le sujet « Les protestants du Calaisis au XVIIe siècle » et l’éloquence de Monsieur JOBLIN ont été très appréciés de notre public à l’auditorium de la CDM.

En résumé, nous venons d’évoquer pour l’année 2016, les six conférences que nous avons organisées. Après la première par Madame GRINSPAN où le nombre d’auditeur a été exceptionnel, l’auditoire a été régulièrement très bon pour les autres conférences de cette année et nous nous en réjouissons.

Nous avons aussi eu le plaisir de vous convier le 26 novembre à la Salle des fêtes de Coulogne pour trois communications sur « L’histoire de la bière du Moyen Âge à nos jours ». Charles PETITEAU de notre association en était l’un des brillants intervenants.

Passons maintenant aux autres manifestations qui ont donné au public l’occasion d’entendre parler de notre association en commençant par les deux rendez-vous traditionnels
  • Les Journées euro-régionales des Sites fortifiées des 23 et 24 avril 2016. Cette fois à la Citadelle de Calais avec Élisabeth CALAIS, Sylvie DOZINEL, Philippe CASSEZ et Nicolas MONSIGNY, tous membres de notre association, qui ont accueilli plus d’une centaine de personnes pour leur faire visiter l’un des plus anciens vestiges historiques de Calais.
  • Un peu plus tard, les 17 et 18 septembre lors des Journées Européennes du Patrimoine, Philippe CASSEZ de nouveau, a accueilli le public dans l’église Notre-Dame de Calais pour, à l’aide de tableaux historiques qu’il avait créés, y commenter les dynasties «Tudor» au travers de leurs représentants ‘Les deputies de Calais’ ayant régné sur le Calaisis de la période anglaise.
Notre association était présente à deux salons
  • Le 24 avril 2016, c’était le « 14ème salon de l’édition historique régionale et la généalogie » le grand rendez-vous de nos amis de Gravelines Association Généalogie avec de nombreuses autres sociétés historiques ou généalogiques. Notre association s’y trouvait représentée notamment par Jean et Dolorès GARDY responsables de la commission généalogie, et nous avons eu le plaisir d’y voir venir quelques uns de nos adhérents.
  • Le 8 mai 2016, nous étions présents à la troisième édition du « Salon du livre d’histoire » organisé cette fois à Condette par nos amis du Cercle d’Études en Pays Boulonnais et la ville de Condette. L’affluence de visiteurs n’a pas été exceptionnelle.
L'excursion à Gand

C’est au pied de l’hôtel de ville de Calais que nous avions rendez-vous à 8h00 le 11 septembre pour y prendre le bus où Stéphane CURVEILLER organisateur de ce voyage nous a fait l’indispensable exposé historique de Gand.

Le bateau mouche nous y attendait avec sa commandante pilote et guide pour une croisière historique pleine d’humour sur les relations entre Gantois et les francophones.

La première partie du repas (entrée et plat) dans un restaurant du centre-ville ‘Le Charles Quint’ a été bienvenue pour reprendre de l’allant en vue des deux options de visites de l’après-midi : la visite du château ou la visite guidée du centre-ville. Le dessert gouter a été pris ensuite avec un petit café au ‘Charles Quint ‘ avant le voyage de retour vers Calais, et la photo souvenir sur le perron de l’hôtel de ville.

Le soleil n’était pas de la partie, mais la pluie nous a épargnés. L’excursion à Gand, une ville riche en beaux édifices historiques bien entretenus et conservés, a été une belle découverte.

Les concours

Le samedi 19 novembre 2016 à partir de 8h45, nous avions donné rendez-vous à l’Auditorium de la Cité de la Dentelle et de la Mode aux sept étudiants désirant concourir devant le public pour l’obtention d’une « bourse de recherche : L’historien ou historienne chercheur de demain ». Ce concours est organisé par notre association et celle des « Colloques du Calaisis » présidée par Stéphane CURVEILLER aussi président du jury composé de Philippe CASSEZ et Jean Pierre DOURNEL de notre association. Trois lauréats se sont partagés les 1800 euros de prix alloués et quelques ouvrages offerts par notre association, et ce en présence de Dominique DARRE adjoint au maire de Calais, juste avant la photo souvenir.

Samedi dernier 21 janvier, c’est au concours d’éloquence organisé par le ROTARY de Calais que vous étiez conviés à assister dans l’auditorium du lycée Léonard De Vinci à Calais. 9 lycéens de première ou de terminale de deux lycées de Calais ont à deux reprises, dû faire preuve d’éloquence devant un jury de cinq personnes présidé par Stéphane CURVEILLER. Le lauréat est Hyacine BOUHAMIDI jeune membre de notre association qui accède au podium de ce concours pour la deuxième année consécutive. Vous le voyez en photo avec Michel ROCHER également adhérent de notre association qui, pour la dix-septième fois cette année, organisait le concours d’éloquence pour le ROTARY de Calais.

Notre site internet

Pour les adhérents internautes, l’ancien site entretenu par notre « webmaster » bénévole Gilles PELTIER avait conservé jusque fin août un intérêt évident puisque les mises à jour mensuelles ont été maintenues très régulièrement. De plus des informations ponctuelles étaient ajoutées pour annoncer les évènements à venir ou relater des manifestations passées.

Le nouveau site internet sur lequel nous fondons beaucoup d’espoir a enfin été mis en service début septembre. L’intérêt de ce nouveau site et sa raison d’être sont bien en place avec l’accès privilégié réservé aux adhérents internautes et destiné à essayer de les fidéliser. La mise à jour et le renouvellement mensuel des rubriques historiques ont été faits dès début octobre. Peu à peu les fonctions accessibles ont évolué pour les adhérents avec par exemple, la possibilité de visualiser d’anciennes rubriques mensuelles, des enregistrements vidéo de conférences ou le dictionnaire des personnalités calaisiennes ou l’ensemble des éphémérides. L’accès par les adhérents généalogistes à la base de données pour la recherche de dates et lieux d’actes de naissance, mariages ou contrat et décès a été opérationnel dès début d’octobre. Peu à peu ont aussi été mises en service des nouvelles possibilités d’adhésion ou de renouvellement d’adhésion via internet et paiement par carte bancaire ou virement Paypal. D’autres évolutions sont attendues comme la mise en place des forums de recherches ou du catalogue de la bibliothèque historique.

En 2016, Marie-Claire BANQUART animatrice du site facebook de l’association a régulièrement poursuivi la diffusion des informations relatives aux manifestations de notre association. C’est pour les internautes dont ceux qui ne connaissent pas notre association, un outil de communication très accessible. N’hésitez pas à y avoir recours pour que les nouveautés de notre site vous soient signalées automatiquement sur le téléphone portable ou l’ordinateur.

La commission Généalogie

Nous avons déjà évoqué la publication des 4 bulletins trimestriels et du bulletin hors-série.

Notre local de généalogie a été fréquenté en 2016 par 1100 lecteurs au cours de 129 permanences. Globalement, la fréquentation a de nouveau progressé peut-être en raison de quelques permanences supplémentaires mais aussi grâce à nos locaux accueillants et fonctionnels.

40 microfilms seulement ont été consultés au cours de l’année, une baisse très nette en relation avec la possibilité donnée à chacun de voir les actes sur internet et d’en obtenir très facilement des copies sans frais. Nous mettons toujours à la disposition des généalogistes, 453 microfilms sur Calais et la région calaisienne.

À la disposition de nos adhérents, nous avons également plusieurs millions de relevés d’actes sur support papier et un gros travail a été fait en 2016 par Laurence COUSIN pour restaurer et surtout compléter les chemises de classement de ces relevés.

Notre base informatique s’est encore enrichie durant 2016 avec 74 272 nouveaux enregistrements et à ce jour tous types confondus (naissance, mariage ou contrat, décès) elle totalise 2 230 068 enregistrements de relevés d’actes. Merci à nos adhérents et à Dolorès GARDY qui ont une nouvelle fois contribué à l’enrichissement de notre base de données généalogiques.

La commission Bibliothèque

Une bonne partie de nos ouvrages est composée de revues, bulletins ou mémoires dont le catalogue ne donne qu’un libellé succinct ne permettant pas de connaître le contenu du sommaire (auteur, article) qui peut parfois être très intéressant ou recherché. Avec le précieux concours de Jacqueline LIBER, le relevé détaillé du sommaire se poursuit pour compléter le catalogue de la bibliothèque consultable sur place ou en ligne. Durant le premier semestre de 2016 nous avons donc pu ajouter 940 lignes au catalogue sur internet. Nous espérons qu’avec le nouveau site nous allons bientôt pouvoir poursuivre cette indexation et la mettre en ligne pour que nos adhérents aient une meilleure connaissance de la richesse de notre bibliothèque.

Notre local de permanence

Nous avons eu quelques inquiétudes en 2016 pour le maintien de nos horaires de permanences en relation avec ceux du Centre aéré de l’espace Fort, autre utilisateur du bâtiment. La ville de Calais que nous remercions au passage pour son soutien dans la recherche de solution, et les services municipaux se sont engagés à réaliser un nouvel accès à notre local que nous pourrons utiliser pour respecter la nouvelle réglementation applicable les jours d’ouverture du Centre aéré.

Les économies de frais postaux, ont en 2016 permis l’acquisition de nouvelles armoires et étagères métalliques, mais aussi de boîtes de rangement de vieux journaux.

Conclusion

Ainsi que vous le voyez, notre association « Les amis du vieux Calais » reste dynamique et nous parions sur l’avenir notamment avec l’investissement conséquent dans le nouveau site internet pour conserver une certaine attractivité. Nos activités sont multiples et vous avez pu vous en rendre compte avec ce rapport.

Cependant, il faut garder en mémoire la deuxième partie de la conclusion de l’assemblée générale de 2016. Ensemble, tous, nous devons continuer à réfléchir aux moyens de communication pour faire apprécier notre patrimoine ou l’histoire aux jeunes générations. Nous avons cette année quelques jeunes adhérents de la « Commission jeunes » ayant un projet qui doit débuter très prochainement.

« Les amis du vieux Calais » ont déjà besoin des jeunes générations pour rester une association dynamique et capable de continuer à passionner jeunes et moins jeunes.

Ceci termine le rapport moral pour l’année 2016

Je vous remercie de votre attention.

Pierre BULTEL

secrétaire de l’association

LES AMIS DU VIEUX CALAIS
Boîte Postale 27 - 62101 CALAIS Cedex
Phone : +33 (0)321 362 967  aux heures de permanence
 © LES AMIS DU VIEUX CALAIS - FR 2015
Tous droits réservés
Real time web analytics, Heat map tracking